Deuil
Que peuvent faire les personnes soignantes dans les milieux de travail où les séances de verbalisation post-décès et les services d’accompagnement dans le deuil n’existent pas?

Les personnes soignantes ne faisant pas partie d’une équipe de soins de santé offrant des services d’accompagnement dans le deuil peuvent quand même entreprendre des démarches personnelles telles que tenir un journal ou prendre contact avec d’autres, par exemple verbaliser avec un ou une collègue de confiance ou rencontrer privément un conseiller hors des heures de travail. Au pays, bon nombre de régimes de soutien au travail offrent ce service parmi les avantages sociaux.

Il est important que les personnes soignantes portent attention à leurs propres besoins de prendre soin d’elles-mêmes et qu'elles fassent ce qui fonctionne bien pour elles. Il leur faut trouver leurs propres moyens de se ressourcer tout en soignant les autres. Prendre soin de soi physiquement est primordial; cela veut dire s'assurer de faire de l’exercice régulièrement, de dormir suffisamment, de bien se nourrir. Les personnes soignantes doivent aussi veiller à maintenir leur bonne forme mentale et psychologique en utilisant les moyens qui leur conviennent bien : partir en vacances, s’offrir un massage, participer à des activités valorisantes telles que la marche ou le yoga, écouter de la musique, lire ou faire partie d’un groupe confessionnel.

Références

1. Sinclair S. Impact of death and dying on the personal lives and practices of palliative and hospice care professionals. CMAJ. 2011;183(2):180-7.

2. Kearney, MK, Weininger RB, Vachon ML, Harrison RL, Mount BM. Self-care of physicians caring for patients at the end of life: “being connected... a key to my survival.” JAMA. 2009;301(11):1155-64