Deuil
Quelle formule et quelles questions utiliser dans une séance de verbalisation post-décès à l’intention du personnel?

La nature et la formule des séances de verbalisation post-décès varient selon les destinataires visés, le but de la séance, l’événement qui l’occasionne ou s’il s’agit d’une rencontre périodique. Pour qu’une séance soit efficace, l’appui du personnel est capital. Il faut veiller à inclure des personnes capables de créer un environnement de confiance dans lequel le personnel peut poser des questions, échanger de l’information ainsi que partager les réflexions et les émotions suscitées par un décès.

Revue cas par cas des décès de patients

Certaines unités de soins palliatifs tiennent des rencontres périodiques où sont passés en revue les décès survenus au cours d’une période donnée (p. ex. semaine ou mois). Ces rencontres servent les quatre grands objectifs suivants.

1. Connaître ce qui s’est passé

L’infirmière ou l’infirmier responsable du patient enregistre verbalement un résumé des événements précédant le décès, du moment même de la mort et de la période suivant la mort. Elle ou il s’intéresse non seulement à l’état du malade, par exemple à ses symptômes et à leur gestion, mais aussi aux réactions de la famille. Le personnel se réunit ensuite pour examiner chaque décès, c’est-à-dire pour écouter l’enregistrement s’y rapportant et discuter du cas.

Les enregistrements diffèrent les uns des autres : certains sont des rapports factuels, d’autres donnent une description émouvante des derniers moments. Il est important d’enregistrer un résumé des événements pour diverses raisons. Entre autres, c’est une occasion pour l’infirmière ou l’infirmier de verbaliser ou de libérer des émotions; cela donne aussi aux collègues non présents la chance d’entendre le récit authentique de ce qui s’est passé. Les membres de l’équipe s’investissent dans les soins au patient, mais il arrive souvent qu’ils n’assistent pas à ses derniers moments. Écouter le récit des événements leur permet de savoir comment les choses se sont déroulées et, ainsi, de trouver la sérénité.

2. Évaluer les soins donnés

Le résumé enregistré aide également l’équipe à évaluer les soins donnés et à améliorer ses connaissances de cas en cas. L’évaluation peut inclure des questions comme celles-ci :

  • Quelles leçons peut-on tirer de cette situation?
  • Ferait-on certaines choses différemment?
  • Quelles choses a-t-on accomplies correctement?

Mentionner les choses bien exécutées par l’équipe, apprendre de ses erreurs et stimuler le personnel à progresser sont autant d’aspects importants de l’évaluation des soins.

3. Identifier les besoins de la famille

Grâce à la recherche, on en sait maintenant beaucoup plus concernant les facteurs de risque liés au deuil. Au fil des soins, divers membres de l’équipe ont eu l’occasion de connaître les membres de la famille de plus près. C’est pourquoi, à ce stade de la revue du cas, les membres de l’équipe identifient les membres de la famille pour lesquels un contact soutenu serait peut-être bienfaisant.

4. Examiner les conséquences sur le personnel

La revue de cas fournit l’occasion de réfléchir sur les effets de la mort d’un patient sur le personnel. Tous les décès n’affectent pas intensément, mais il arrive que la mort d’un patient touche profondément certains membres du personnel et, parfois, l’équipe tout entière. Lorsque cela se produit, il est bénéfique pour tout un chacun d’assimiler l’événement individuellement et collectivement. En partageant leurs réactions, les membres du personnel apprennent les uns des autres et utilisent leurs expériences collectives pour mieux mettre en contexte leurs propres sentiments et réactions. Le personnel a besoin d’un environnement de haute confiance, sans jugement, pour partager sans réserve, se soutenir mutuellement et apprendre les uns des autres.

Revue globale des décès de patients

Certaines unités de soins intensifs organisent des séances de réflexion sur un ensemble de décès de patients. Ces séances répondent au même objectif que les revues de décès cas par cas, mais leur formule est différente.

Pour commencer, une personne lit à haute voix les noms des patients décédés depuis la dernière rencontre. Le personnel peut rassembler les notices nécrologiques de ces personnes, pour consultation par les collègues. Un membre de l’équipe (ce peut être l’aumônier, mais pas forcément) lit un poème ou prononce quelques mots concernant la vie, la mort, l’empathie et la compassion, la joie et la peine, la confiance et l’espoir ou l’amour et la souffrance. L’équipe répond ensuite à des questions telles que les suivantes, pour encourager le partage sans réserve.

  • Lequel des décès vous a semblé idéal? (Chacun a ainsi l’occasion de donner son avis et d’entendre celui des autres, et aussi de partager ses réflexions au sujet de ce qui contribue à une belle mort.)
  • Lequel des décès avez-vous trouvé le plus pénible? (Cette question donne l’occasion à tous de discuter de cas de patients difficiles et des difficultés à donner des soins optimaux. Certaines personnes peuvent aussi exprimer comment un décès en particulier leur a rappelé un deuil personnel ou des circonstances de leur propre vie.)
  • D’après ces expériences, quels changements apporteriez-vous à la façon dont l’équipe ou le programme assurent les soins aux patients? (Il faut laisser au personnel passablement de liberté de brasser des idées quant aux améliorations possibles et aux moyens de les réaliser. Si la ou le gestionnaire des soins aux patients est présent, il importe qu’il ou elle assume un rôle d’écoute et soit ouvert aux suggestions du personnel. En son absence, une personne peut se charger de lui faire part des préoccupations et des suggestions du personnel par la suite.)
  • Comment composez-vous avec le mal-être qui s’accumule à force de s’occuper de personnes mourantes? L’équipe peut-elle faire plus pour vous venir en aide? (Cela donne, en particulier au nouveau personnel, l’occasion de demander aux membres de l’équipe ce qu’ils et elles font ou trouvent utile pour surmonter le sentiment de perte.)

Ces séances de réflexion sur les décès de patients se terminent souvent par une brève réitération de l’objectif du personnel de soigner avec compétence et compassion. Les séances de verbalisation post-décès sont un élément important de la pratique réflexive et du soin de soi.

Référence

Keene EA, Hutton N, Hall B, Rushton C. Bereavement debriefing sessions: an intervention to support health care professionals in managing their grief after the death of a patient. Pediatr Nurs. 2010;36(4):185–9.