Symptômes
Avez-vous des suggestions pour traiter l’œdème en cas de cancer avancé?

L’œdème réfractaire chez les patients atteints d’un cancer métastatique avancé est l’un des problèmes cliniques les plus compliqués. Les diurétiques ont tendance à ne pas être très efficaces.

Parfois, il est possible d’agir entièrement ou partiellement sur les facteurs contributifs. La veine cave supérieure ou inférieure peut être obstruée par un caillot (on peut alors envisager d’administrer un anticoagulant) ou par une tumeur (qui peut être traitée par des corticostéroïdes, par radiothérapie ou par chimiothérapie). Il est utile de faire le point sur les médicaments pour savoir si l’œdème est un effet indésirable potentiel causé par ces derniers. Des cas d’œdèmes périphériques provoqués par des opioïdes ont été signalés. Le changement d’opioïdes a permis d’améliorer la situation. On sait que la gabapentine et la prégabaline causent l’œdème.

Des maladies intra-abdominales et pelviennes importantes peuvent diminuer les retours veineux et lymphatiques des jambes. L’hypoprotéinémie peut provoquer un œdème à cause des déplacements hydriques dans l’espace extravasculaire.

Les mesures générales visant à diminuer l’œdème sont les suivantes :

  • Élévation. Cette mesure n’est pas utile lorsque le lymphœdème est causé par une tumeur, mais est tout de même souvent recommandée.
  • Activité/exercice si possible.
  • Vêtements compressifs. Cela suppose de recourir à la physiothérapie ou à l’ergothérapie afin d’évaluer cette intervention possible. Bien qu’ils ne soient pas toujours bien tolérés, ces vêtements peuvent être utiles.
  • Drainage lymphatique manuel par massage. Les massothérapeutes et physiothérapeutes qui se spécialisent dans le traitement du lymphœdème peuvent contribuer à cette intervention.

Les autres soins sont :

  • Soins de la peau méticuleux et en douceur. Cela signifie s’assurer que la peau est propre et hydratée afin de minimiser le risque de rupture de la barrière cutanée et les risques d’infection.
  • Évaluation et soins pour assurer la sécurité et la mobilité. Par exemple, si les membres inférieurs sont lourds, les transferts peuvent être difficiles. Si les membres inférieurs « suintent », la personne peut risquer de glisser sur le plancher mouillé.

Certains auteurs font état d’un recours au drainage sous-cutané pour le lymphœdème réfractaire.[1,2] Le drainage sous-cutané est évalué et envisagé au cas par cas et de plus amples recherches sont requises dans ce domaine.

Références

1. Faily J, De Kock I, Mirhosseini M, Fainsinger R. The use of subcutaneous drainage for the management of lower extremity edema in cancer patients. J Palliat Care. 2007;23:185-187.

2, Jacobsen J, Blinderman CD. Subcutaneous lymphatic drainage (lymphcentesis) for palliation of severe refractory lymphedema in cancer patients. J Pain Symptom Manage. 2011;41(6):1094-1097.

Autres documents

CarePartners Palliative Care. Lower extremity lymphedema management toolkit. Author: April 2008.

Kerchner K, Fleischer A, Yosipovitch G. Lower extremity lymphedema. J Am Acad Dermatol. 2008;59(2):324-331.