Symptômes
Pouvez-vous suggérer des moyens d’éliminer l’odeur d’une plaie oncologique?

L’odeur qui émane d’une plaie est causée par une invasion bactérienne des tissus nécrotiques. L’odeur liée aux plaies malignes peut déranger et exacerber la souffrance du patient et de sa famille et poser un problème de prise en charge aux prestataires de soins.

La pratique clinique et la littérature courante fournissent quelques suggestions qui
pourraient vous être utiles:

  • Nettoyer la blessure avec une solution saline administrée à l’aide d’une seringue avec aiguille de 1 mm[1].
  • Parer la plaie de manière à éliminer les tissus nécrotiques et les bactéries[1].
  • Appliquer une antibiothérapie générale (orale ou IV) ou locale pour détruire les bactéries responsables de l’odeur. L’usage de protections contre les infections à germes anaérobies comme le métronidazole est fréquent, et le traitement local semble le plus efficace[2]. On peut par exemple appliquer le métronidazole sous forme IV, en gel ou en poudre, ou en arroser les bords de la plaie au moment de changer le pansement.
  • Utiliser un pansement au charbon activé. Il en existe au charbon seul, au charbon combiné à d’autres matériaux ou en feuilles imprégnées d’argent[3].
  • Utiliser un pansement fait de viscose ou de polyester et imprégné de chlorure de sodium (p.ex. Mesalt), qui a en outre un effet hypertonique sur la lésion[4].
  • Améliorer l’hygiène personnelle du patient en l’aidant à faire sa toilette, à utiliser des produits de soins cutanés, à changer ses vêtements de nuit, ses sous-vêtements et ses draps et en veillant au lavage fréquent des articles souillés.
  • Optimiser la circulation d’air dans la chambre ou la maison du patient en ouvrant les fenêtres ou en faisant fonctionner un ventilateur ou tout autre système de ventilation.

Les désodorisants d’intérieur commerciaux risquent d’empirer l’odeur ou de provoquer des associations désagréables. Voici quelques solutions à préférer, qui semblent absorber ou masquer efficacement l’odeur dans les chambres:

  • placer sous le lit un plateau contenant de la litière pour chats;
  • disposer dans la pièce des bols de charbon activé;
  • disposer dans la pièce des bols contenant des fèves de café ou du marc de café;
  • tremper du coton hydrophile dans de l’huile d’eucalyptus et laisser cette dernière s’évaporer à l’air libre (autres solutions: verser sur un tampon de gaze cinq ou six gouttes d’huile ou d’essence de vanille, de menthe poivrée, de citronnelle ou encore d’un mélange d’huiles essentielles composé à parts égales de romarin, de pamplemousse et de menthe poivrée, préparé par un aromathérapeute, puis laisser s’évaporer dans la pièce et remettre du liquide trois ou quatre fois par jour).

Une plaie maligne et malodorante est un rappel constant du cancer pour le patient. Elle risque de lui causer une détresse émotive et spirituelle et d’avoir de lourds effets sur son image corporelle et sa qualité de vie[5,6]. Il importe de donner au patient la possibilité d’exprimer ses sentiments, ses inquiétudes et ses craintes, de répondre à ses questions, de discuter des solutions possibles, de le faire participer aux décisions qui concernent les soins et de lui offrir un soutien affectif.

Autres ressources utiles:

  • Le site Internet [en anglais] du End of Life / Palliative Education Resource Center (EPERC), offre une fiche d’information sur les odeurs liées aux plaies malignes.
  • Le site Internet [en anglais] de la BC Cancer Agency propose des lignes directrices sur le traitement des plaies liées à une tumeur maligne.

Références

1. O’Brien C. Malignant wounds: managing odour. Can Fam Physician. 2012;58(3):272-274.

2. Finlay I.G. Bowszyc J., Ramlau C., Gwiezdzinski Z. The effect of topical 0.75% metronidazole gel on malodorous cutaneous ulcers. J Pain Symptom Manage. 1996;11(3):158-162.

3. Draper C. The management of malodour and exudate in fungating wounds. Br J Nurs. 2005;14(11):S4-12.

4. De costa Santos CM, de Mattos Pimenta CA, Nobre MRC. Systematic review of topical treatments to control the odor of malignant fungating wounds. J Pain Symptom Manage, 2010; 39(6):1065-1076.

5. Lazelle-Ali C. Psychological and physical care of malodorous fungating wounds. Br J Nurs. 2007;16(15):S16-24.

6. West D. A palliative approach to the management of malodour from malignant fungating tumours. Int J Palliat Nurs. 2007;13(3):137-142.